Les antihypertenseurs, les antidépresseurs, les tranquillisants, les médicaments anticancéreux, les œstrogènes et autres peuvent altérer l’érection. Si vous craignez que vos médicaments soient la cause de votre dysfonction érectile, ne cessez surtout pas de les prendre. Parlez-en à votre médecin, qui pourra prendre la décision d’en changer pour d’autres qui ne produisent pas cet effet indésirable, si possible.


Il n'existe aucun secret dans la vie. Si vous désirez être bonne santé sexuelle et être en forme  fréquemment, il vous faut échapper à certaines choses. Premièrement, il faut arreter de fumer, et de limiter l'acool prendre de l'alcool avec retenue, évitant le travail fatiguant, il faut éviter le stress, trouve un régime alimentaire qui est riche en nutriments et proteines. 


Dans tous les cas, l’impuissance masculine étant souvent le résultat de problèmes d’ordre psychologique, il sera nécessaire de consulter un sexologue qui vous permettra de résoudre les raisons plus profondes pouvant entrainer vos dysfonctionnements érectiles. Ces solutions ne sont donc que temporaires et doivent vous permettre de retrouver confiance en vous, et non de résoudre vos difficultés comme par magie.

Le terme dysfonction érectile a remplacé, dans les années 1990, le terme impuissance qui pouvait être entendu comme décrivant seulement une dysfonction érectile sévère rendant dans toute circonstance impossible un rapport avec pénétration. L’usage du terme dysfonction érectile rend possible la description d’un trouble plus ou moins sévère (cf. Questionnaires en médecine sexuelle). Le terme dysfonction érectile est la traduction littérale du terme anglo-saxon erectile dysfunction, il y aurait eu avantage à utiliser « insuffisance érectile » à l’image de l’insuffisance cardiaque, respiratoire, rénale… En effet le priapisme, l’érection prolongée récidivante sont d’autres formes de dysfonction érectile. Cependant, la dysfonction érectile (DE) a été consacrée par l’usage et surtout par l’Agence du médicament qui a utilisé cette terminologie pour la description officielle dans le Résumé des caractéristiques du produit de l’indication des traitements de l’insuffisance érectile. Nous conserverons donc dysfonction érectile (DE) dans l’ensemble de ce texte.
Fondés en partie sur l'imagerie de la domination de femmes accueillantes, les grands archétypes du désir mâle se troublent. Alors les hommes débandent. En retour, paradoxe d'époque, les femmes le leur reprochent : comme le constatait Elisabeth Badinter dans Fausse route (Odile Jacob, 2003), un certain archaïsme des rôles, un certain masochisme fait aussi partie du désir sexuel féminin (du moment qu'il se cantonne au lit, dit-elle). Marie Chevret-Méasson : "Toutes ces frictions du désir suscitent des malaises, des débandades. Nous les traitons désormais assez bien en associant une thérapie conjugale avec les médicaments érectiles. Il est important que le couple réfléchisse sur lui-même, sur les désirs de chacun, les réticences. La pénétration n'est pas une fin en soi. Bien souvent, les troubles sexuels viennent d'un manque d'imagination érotique, ou même de sens du jeu. La sexualité est une forme de théâtre, de mise en scène fantasmatique, qui suffit bien souvent à faire monter le désir, quel que soit l'âge."

"C'est un moment historique. Il faut comprendre qu'entre les pannes occasionnelles, les défaillances répétées d'origine psychologique, les impuissances associées à des maladies graves comme le diabète ou le cancer, ou encore attribuées aux fatigues de l'âge, beaucoup d'hommes vivaient et vivent encore dans la peur de la perte de leur vie sexuelle. Or, jusqu'à récemment, il n'existait aucun véritable traitement, aucun aphrodisiaque assuré. Beaucoup d'hommes essayaient des produits douteux ou dangereux." Volubile, enthousiaste, Philippe Brenot raconte le changement d'époque. Ce psychiatre, auteur d'une des rares études sur l'histoire de l'impuissance (Impuissance masculine, L'esprit du temps, 1994), vient de publier avec le paléoanthropologue Pascal Picq un ouvrage consacré aux différences entre la sexualité primate et humaine (Le Sexe, l'Homme et l'Evolution, Odile Jacob, 2009). Il est un des animateurs de l'Association inter hospitalo-universitaire de sexologie (AIHUS), qui regroupe cinq cents sexologues, médecins et non-médecins. Elle tenait en mars dernier des assises consacrées au "couple et sa sexualité" où l'on a beaucoup parlé du traitement des "dysfonctionnements érectiles". Philippe Brenot : "Aujourd'hui, les médecins ne parlent plus d'impuissance. C'est un terme vague, inquiétant, qui ne rend pas compte de la diversité des affections de la virilité. Traiter quelqu'un d'“impuissant” signifie qu'“il n'est plus un homme”, plus un être à part entière. C'est une injure, comme “frigide” pour les femmes. Nous préférons parler de “troubles érectiles”, aux causes variées, réclamant chacun des traitements appropriés."


Ces inducteurs d'érection doivent tous être pris une demi-heure à deux heures avant d'être efficaces. Ils permettent alors d'aider l'érection en cas de stimulation sexuelle. Ils se différencient par leur délai d'efficacité. Le Viagra ® (sildénafil) ou le Levitra ® (vardénafil) agissent pendant 4 à 5 heures, mais le Cialis ® (tadalafil) offre jusqu'à 24 heures d'efficacité. "Si le rapport est programmé, n'importe quel inducteur d'érection peut être utilisé, mais s'il ne l'est pas, alors le Cialis® est plus susceptible de séduire le patient" précise le Dr François Giuliano, chirurgien urologue au CHU du Kremlin Bicêtre.
Besides treating the underlying causes such as potassium deficiency or arsenic contamination of drinking water, the first line treatment of erectile dysfunction consists of a trial of PDE5 inhibitor (such as sildenafil). In some cases, treatment can involve prostaglandin tablets in the urethra, injections into the penis, a penile prosthesis, a penis pump or vascular reconstructive surgery.[1]
A tout âge, de très nombreux hommes connaissent parfois des « pannes sexuelles ». Celles-ci sont le plus souvent liées à la fatigue, au stress, à diverses préoccupations, à la prise d’alcool ou à des problèmes avec leur partenaire. Ces troubles occasionnels ne constituent pas des troubles de l’érection (ou « dysfonctions érectiles ») proprement dits.
Le rôle de la testostérone sur le désir est bien connu. Le déficit en testostérone affecte en premier lieu la survenue des érections nocturnes dont la commande cérébrale est androgéno-dépendante. Les érections nocturnes pourraient jouer un rôle sur la trophicité du tissu érectile. Par ce biais, un déficit en testostérone pourrait retentir sur la fonction érectile en particulier chez le sujet âgé. Le rôle direct de la testostérone sur les mécanismes locaux de l’érection reste non démontré. Les preuves à ce sujet ont été acquises lors d’expérimentations réalisées chez des animaux castrés, condition expérimentale qui diffère beaucoup du déficit partiel en androgènes de l’homme avançant en âge. On explique ainsi l’absence ou le peu d’effet de la supplémentation en testostérone sur la DE de l’homme vieillissant.

Le terme de médicalisation est en fait majoritairement utilisé pour penser l’évolution de la définition de l’impuissance avec la création du concept de dysfonction érectile par les urologues. La dysfonction érectile serait une entité pathologique réductrice qui n’a d’autre utilité que de permettre aux médecins de justifier leur emprise sur l’impuissance. Cette façon de présenter la création du concept de dysfonction érectile porte en elle une certaine ironie, mettant l’accent sur la pauvreté du regard des urologues. Est-il cependant tout à fait exact d’écrire que les urologues réduisent l’impuissance à la capacité érectile ? Leur conception n’identifie pas l’impuissance à la dysfonction érectile mais isole la dysfonction érectile de l’impuissance, en conformité avec leur expertise. Le philosophe des sciences L. Laudan rappelle, dans La dynamique de la science, que le propre de chaque discipline est de ramener le problème empirique à l’ontologie qui la caractérise, c’est-à-dire aux « types d’entités fondamentales qui existent dans le domaine ». Est-ce à dire que les conceptions sont relatives, c’est-à-dire qu’elles ne reposent pas sur la réalité, puisqu’elles diffèrent selon les disciplines ? Selon L. Laudan, un problème non résolu, une énigme, n’est reconnu comme problème véritable qu’après avoir été résolu. Avant cela, c’est un problème potentiel parce que d’une part, il est difficile d’établir le phénomène et d’autre part, difficile d’établir le domaine scientifique dont il relève. Seul le fait de trouver une solution permet de reconnaître qu’il s’agissait bien d’un véritable problème, c’est-à-dire qu’il y a véritablement un phénomène naturel à expliquer. De plus, nous ne savons pas au départ quelles sont les théories qui devraient chercher à rendre compte du problème et seraient en difficulté si elles n’y parvenaient pas. C’est seulement lorsque le problème est résolu que nous pouvons alors savoir à quelle discipline il appartient. Ainsi, le fait qu’une discipline trouve une solution à l’énigme posée, en utilisant une ontologie particulière, est le signe que cette façon de classer le réel est la plus opérante, en l’état actuel des connaissances. Ce raisonnement est aussi celui tenu par A. Abbott [83][83] A. ABBOTT, The system of professions..., op. cit.,... lorsqu’il écrit que la capacité, pour une spécialité médicale, à traiter un problème de santé justifie la juridiction qu’elle exerce sur cette maladie. Cela renforce alors la conception du mécanisme pathologique que cette spécialité met en avant. Les succès rencontrés par le Viagra® ont fragilisé la sexologie et renforcé l’urologie. La définition des urologues a réussi à concurrencer les conceptions antérieures car l’efficacité du Viagra® promeut la définition de la maladie défendue par ceux qui ont développé le médicament. Mais ce processus compétitif est en constant mouvement, comme le prouve le recours aux sexologues pour la formation dispensée aux médecins.
L'impuissance masculine se définit par l'impossibilité d'obtenir une érection suffisamment rigide pour permettre la pénétration sans l'aide manuelle de la partenaire.Cela se traduit également par l'impossibilité de maintenir une érection rigide et stable, lors des changements de positions ou en cours de pénétration. On parle de plusieurs stades d'impuissance : de l'absence totale d'érection à l'érection capricieuse, voire instable.
L’industrie pharmaceutique a pendant de nombreuses années manifesté de fortes réticences à commercialiser des médicaments contre l’impuissance. Les nouvelles substances pharmacologiques de la famille des injections, les prostaglandines, sont mises sur le marché très longtemps après leur découverte [35][35] La prostaglandine injectée n’a été commercialisée que.... Les stratégies de mise sur le marché des firmes sont dépendantes de la taille du marché et de l’indication sur laquelle la substance agit. Mais il faut également prendre en compte les considérations normatives qui s’attachent à la pathologie. Ces facteurs ont joué de telle façon que l’impuissance n’était pas une pathologie intéressante pour l’industrie.
Cavernosography measurement of the vascular pressure in the corpus cavernosum. Saline is infused under pressure into the corpus cavernosum with a butterfly needle, and the flow rate needed to maintain an erection indicates the degree of venous leakage. The leaking veins responsible may be visualized by infusing a mixture of saline and x-ray contrast medium and performing a cavernosogram.[20] In Digital Subtraction Angiography (DSA), the images are acquired digitally.

L'impuissance est par définition l'impossibilité à maintenir une érection suffisante à un rapport sexuel. Attention, il ne faut pas confondre l'érection avec l'éjaculation et l'orgasme, qui sont trois éléments biens définis que l'on peut retrouver au cours de l'acte sexuel. L'impuissance concerne l'érection. Au repos, on dit que la verge est "flaccide". La flaccidité n'est donc pas l'impuissance.
Questo post darà dettagli completi e cura erbacea che è garantita al 100% per curare la disfunzione erettile o l'impotenza sessuale negli uomini. Ma prima di cominciare uso questo mezzo per esprimere la gratitudine a tutti e vari, sia in patria che all'estero che mi hanno chiamato e testo durante la mia assunzione L'OLODUMARE ti benedica tutti ase (babalawo Obanifa è tornato). Oggi condividerò dalla mia conoscenza a base di erbe al mondo su come curare l'impotenza sessuale o la disfunzione erettile negli uomini. Qual è la disfunzione erettile per se stessa? La disfunzione erettile è anche chiamata impotenza sessuale, Questo si riferisce ad una condizione in cui un uomo non può raggiungere o mantenere l'erezione del suo pene durante sessioni sessuali o attività sessuali. La disfunzione erettile di solito causa il pene di non essere in grado di acquisire o mantenere una erezione soddisfacente. I sintomi principali di disfunzione erettile uomini Sono: ridurre il desiderio sessuale, la libido basso o il basso livello sessuale.
Aku ora ngandika pengobatan ora apik, nanging efek sisih pengobatan kanggo jawat erectile luwih saka iku usefulness.Medications sethitik kaya Viagra, levitra, cialis etc, sing apik banget kanggo nggawe penis erect kanggo Intercourse.Because seksual iki jinis medicationhavetheprovenabilitytoincrease alirane getih kanggo jaringan lan otot nang penis.But panggunaan saka jinis iki pengobatan wis akèh cacat antarane kang:
A vacuum erection device helps draw blood into the penis by applying negative pressure. This type of device is sometimes referred to as penis pump and may be used just prior to sexual intercourse. Several types of FDA approved vacuum therapy devices are available with a doctor's prescription. When pharmacological methods fail, a purpose-designed external vacuum pump can be used to attain erection, with a separate compression ring fitted to the penis to maintain it. These pumps should be distinguished from other penis pumps (supplied without compression rings) which, rather than being used for temporary treatment of impotence, are claimed to increase penis length if used frequently, or vibrate as an aid to masturbation. More drastically, inflatable or rigid penile implants may be fitted surgically.
Pourquoi, dès lors, continuer à trouver une réponse aux problèmes de dysfonctionnements de l’érection en utilisant des pilules bleues qui provoquent une réponse strictement mécanique, cela au prix d’une absence totale de spontanéité et d’un cortège d’effets secondaires et de risques cardiaques ? A quoi bon se piquer la verge ou subir une intervention chirurgicale alors qu’une solution naturelle et holistique existe ? Ici, l’atteinte de la performance sexuelle ne se fait pas au détriment de la santé, bien au contraire, il s’agit plutôt de la performance par la santé. Le sexe doit rester un moment qui ne se prépare pas, qui ne se prémédite pas. Avouez que c’est meilleur si ce n’est pas fait « sur commande ».

M. BOOLELL, « Sildenafil : An orally active type 5 cyclic GMP-specific phosphodiesterase inhibitor for the treatment of penile erectile dysfunction », International Journal of impotence research, 8,1996, pp. 47-52. La revue a été créée en 1989 par l’International Society for Impotence Research, société dont nous évoquerons la création dans la suite du texte.


This is similar to magnetic resonance imaging. Magnetic resonance angiography uses magnetic fields and radio waves to provide detailed images of the blood vessels. Doctors may inject a "contrast agent" into the patient's bloodstream that causes vascular tissues to stand out against other tissues. The contrast agent provides for enhanced information regarding blood supply and vascular anomalies.

*On regular-priced products. Valid at all Brunet participating stores, the MaSanté Privilege Card does not apply to the following products: infant formula, baby diapers, lottery tickets, stamps, bus tickets, prescriptions, controlled medication and other promotions. The retailer may require proof of age. Brunet reserves the right to change or cancel this promotion at any time.
×